logo-cours-de-chant-moderne-le-chant-en-mouvements.webp

Comprendre l'approche pédagogique de la formation au chant

Apprendre autrement
... et surtout: mieux

La voie normale de l’acquisition n’est nullement l’observation, l’explication et la démonstration, mais le tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle.

Changer de paradigme

Partons d’abord d’un constat: la simple observation de chanteuses, chanteurs, qu’importe le style, du plus proche au plus éloigné culturellement de nous, illustre qu’il n’y a pas une seule et bonne manière de faire sonner et résonner un son, une seule et correcte respiration, une seule posture, articulation, etc.

Il n’y a que ce qui est adapté ou pas à la tâche vocale que vous souhaitez réaliser.

Par rapport à ce qui se fait habituellement, la méthode d’apprentissage de cette formation au chant vous invite donc à un changement de paradigme: il n’est nullement question ici d’apprendre une seule bonne manière d’utiliser votre voix, ou une seule et “belle” manière de chanter (selon quels critères?). Les cours vous donnent les clés pour trouver par vous-même et pour vous, les réponses à ces questions.

Les cours de chant de cette formation vocale ne vous expliquent pas comment vous devez respirer pour chanter, ne vous noient pas dans des concepts abstraits et vieillots de “voix de tête“, de “soutien” ou de “chanter dans le masque“… ils vous guident ingénieusement à découvrir tout cela par vous-même, l’expliquer avec vos mots et surtout vos sensations pour pouvoir l’utiliser dans votre chant ou votre expression vocale.

Les leçons de ne vous expliquent pas comment doit se positionner votre langue quand vous chantez. Elles vous invitent à découvrir ce qu’est votre langue, ce qu’elle fait, ses possibilités de mouvements. Et ainsi pour tous les éléments, les espaces, les fonctions…

Concrètement? À quoi ressemble une leçon dans cette formation?

Au début de chaque leçon, vous êtes invité d’abord à chanter un morceau de votre choix. C’est votre référence sur laquelle vous revenez tout au long de la leçon et reviendrez à la fin de celle-ci. C’est la comparaison entre le “avant” et le “après” qui vous permettra d’apprécier un changement dans votre chant.

Après cela, nous rentrons dans la leçon proprement dite, dans laquelle je vous guide verbalement dans des séquences d’explorations sur un thème. Ces “séquences d’explorations” sont composées de mouvements, d’actions, de productions sonores.

Elles ne sont en rien des exercices. Toujours réalisées lentement, elles sont à l’inverse une exploration de soi, un voyage dans l’observation des sensations qui en émergent. J’attire votre attention sur certains points, et vous guide dans différentes intentions. Je propose de créer des relations, des alternatives, des différenciations.

Les thèmes sont variés. Il peut s’agir:

– de fonctions (phonation, respiration, déglutition, ouvrir/fermer la bouche, nasalité, etc.)

– d’éléments ou d’espaces directement en lien avec la phonation (plis vocaux, langue, mâchoire, larynx, voile du palais, pharynx, etc.) ou indirectement liés (crâne, yeux, colonne vertébrale, bassin, cage thoracique, etc).

– de concepts musicaux (intonation, rythme), acoustiques (résonances, dynamique, harmoniques), d’interprétation.

– de notions utilisées dans le monde du chant: voix de tête/voix de poitrine, registres, soutien vocal, yodel, twang, belting, filtres et effets, etc.

Toutes les activités du cerveau s’accompagnent et s’expriment par le mouvement.

Pourquoi fait-on cela? Dans quel but?

Chacun de nous développe des habitudes uniques en ce qui concerne la façon dont nous nous organisons. Qu’il s’agisse d’une manière de marcher, de se brosser les dents, de s’allonger pour s’endormir, ces habitudes sont acquises par l’expérience de la vie et élaborent une image de soi, une représentation corporelle que nous avons de nous-même et d’après laquelle nous agissons. 

De la même façon, l’utilisation de notre voix – qu’elle soit pour parler ou pour chanter – adopte des habitudes de fonctionnement qui peuvent être bonnes dans certains contextes, mais parfois limitées dans d’autres. Et ce, sans même que nous en soyons conscients.

La méthode Feldenkrais – qui est la base des leçons de cette formation – mise sur la neuroplasticité, c’est à dire la capacité du cerveau à se réorganiser, à créer de nouvelles voies neuronales afin d’optimiser les modèles de mouvements et de fonctions qui sont utilisés durant la phonation, (et au-delà). Ou d‘en créer de nouveaux plus efficaces.

Pour ce faire, il est indispensable de mobiliser notre attention: l’apprentissage ne naît pas à travers le mouvement lui même mais à travers la conscience du mouvement, dans le fait d’enregistrer des vécus, des expériences, pour enrichir l’image de soi.

La méthode Feldenkrais propose donc “d’écouter” le fonctionnement intérieur de soi et de changer librement les schémas. De mettre en valeur ce qui est déjà là, en nous, afin que le cerveau ne soit pas opposé au changement, mais l’accompagne dans l’élaboration d’un répertoire de possibilités plus vaste.

Quelque chose qui prend tout son sens dans le chant, et pour son instrument la voix, dotée d’une immense richesse et complexité.

Apprendre à apprendre ?

L’apprentissage du chant se fait traditionnellement de manière linéaire et scolaire: “Je fais ceci pour pouvoir faire cela, je le répète jusqu’à ce que ça rentre, et je le pratique jusqu’à la fin de mes jours…” 

Ce n’est pas de l’apprentissage.

Pour apprendre à marcher, on ne vous a pas dit ce que vous devez faire ou ne pas faire pour y parvenir. On ne vous a pas donné d’exercice à réaliser et on ne vous a pas mis un bouquin d’anatomie entre les mains. Et surtout, une fois appris, plus besoin d’y revenir. Je ne crois pas que vous vous inquiétez tous les jours d’oublier comment faire du vélo, nager, ou une multitude d’autres tâches de votre quotidien. 

Apprendre c’est explorer, c’est tourner autour d’une idée. Un jour ou l’autre tous les bébés finissent par savoir marcher…

Comme expliqué plus haut, apprendre ne consiste pas simplement à acquérir des habilités motrices pour permettre de chanter, mais d’acquérir la conscience de ces habilités. Et si l’intérêt de confier nos apprentissages à une boucle sensori-motrice est désormais reconnu, son usage reste le plus souvent théorique. (Et disons-le franchement, est tout à fait absente dans tout apprentissage à base d’exercices vocaux et de vocalises.)

Cette formation vocale vous propose donc un processus d’apprentissage experientiel et somatique, identique à celui des autodidactes qui parviennent le plus souvent à de meilleurs résultats que bon nombre d’apprenants avec des approches traditionnelles et/ou mécanistes. (Si si!)

Ce processus est simplement plus exhaustif, cadré et guidé pour répondre à vos besoins, qu’importe votre niveau ou votre style musical.

Une approche globale

Si l’expérience et la conscience du corps sont considérées ici comme un véhicule d’apprentissage, l’approche de ce site va bien au delà. Elle vous propose aussi de faire l’expérience de la capacité d’écouter et d’être attentif à votre dialogue intérieur, aux mouvements de vos pensées, à la verbalisation de croyances limitantes ou de modèles de protection.

Les leçons de l’ensemble de ce cursus de formation au chant vous invitent donc à un regard bienveillant et encourageant sur vous-même.

En étant véritablement “acteur” de votre apprentissage, confiant·e en vos capacités et autonome, cette approche globale vous donne donc accès à votre voix authentique et intégrale, à la liberté de trouver par vous-même ce que vous voulez en faire, de la modeler selon vos souhaits. 

Découvrir de l’intérieur donc, pour mieux se tourner vers l’extérieur, raconter une histoire et exprimer des émotions, dont l’étymologie fait (encore!) apparaitre la notion de « mouvement ».

Alors, pour apprendre, tournez-vous vers le mouvement: c’est un voyage extraordinaire qui va bien au delà du chant!

Une méthode différente des autres?

Pourquoi n'arrivez-vous pas (toujours) à faire ce que vous voulez?

Que ce soit dans votre pratique quotidienne ou dans un cadre d’apprentissage (cours de chant ou tutoriel YouTube), il se peut que vous n’arriviez pas toujours à chanter tel que vous le souhaiteriez. Ou pas suffisamment bien. Parfois ça marche, parfois non. Hier oui, mais pas aujourd’hui.

Pourquoi? Pour répondre à cette question, voyons comment le cerveau exécute des demandes comme “chanter plus fort ou plus doucement“, “chanter plus aigu ou plus grave“, rajouter ou enlever un effet, interpréter votre morceau, etc.

Votre cerveau n’a pas le temps de prendre toutes les informations sensorielles, de les traiter et ensuite de produire votre tâche vocale. Il puise donc des informations dans une « image de soi », que nous avons de nous-même, une construction développée et constamment remise à jour au fur et à mesure de nos expériences et de nos apprentissages.

Le cerveau élabore en fonction de ce qu’il connait, simule d’abord le résultat, puis réalise le projet d’action de votre tâche vocale.

Parfois, ça ne marche pas: vous n'arrivez pas à faire ce que vous voulez.

A retenir :

Si vous prenez des cours de chant et/ou faites des exercices et des vocalises, vous pouvez le constater: bien souvent, ce que vous venez de "travailler" ne s'applique pas ou pas bien dans vos chansons.

Dans les autres approches et méthodes, on vous enseigne à chanter comme si ce que vous deviez faire est figé. L’expression courante de savoir « poser sa voix » donne cette image erronée d’immobilisme.

Beaucoup de chanteurs s'entraînent et "travaillent" leur voix en se disant: «Je trouve cette façon de faire, je chante comme ça, et je travaille pour le faire tout le temps».

Mais comme toute habilité motrice, le chant est un processus dynamique qui doit s'adapter à un contexte. Il faut s’ajuster à une situation, à une condition initiale.

L’échec dans la réalisation d’une tâche vocale comme par exemple chanter plus fort et plus aigu, est le résultat de l’absence d’instructions motrices plus efficaces, et/ou la présence d’une instruction inadaptée dominante.  

Face à cela, les conseils donnés par votre professeur de chant ou de la personne dans la vidéo, ne sont pas mauvais en soi. Mais si mécaniquement elles fonctionnent, leurs stratégies « vérifiez votre posture, faites comme ci, faites pas comme ça, mettez votre mâchoire ici, votre voile du palais là » ne s’intègrent le plus souvent que de manière temporaire et surtout, ne s’adaptent pas à tous les contextes.

Quant aux exercices vocaux, ils constituent en général une solution de contrainte: on exige du système qu’il intègre une nouvelle instruction sans cadre et sans contexte, en la lui répétant. Ça fonctionne parce qu’à force de taper sur un clou avec un marteau, c’est souvent le marteau qui gagne… Mais ne vous étonnez de devoir ressortir votre marteau quotidiennement, ni de ressentir des douleurs sur le long terme.

Tant que le cerveau ne trouve pas un équilibre dans l’organisation, une certaine homéostasie, il considérera ces stratégies comme inefficaces et ne les intégrera pas dans une mémoire à long terme kinesthésique. (La nécessité d’y revenir le démontre.)

Surtout, l’acquisition d’une nouvelle compétence doit prendre en considération la globalité de notre organisme parce que chaque élément anatomique ou fonction physiologique qui nous composent, s’agence et interagit constamment avec les autres.

A retenir :

Chaque élément qui rentre de près ou de loin dans la phonation fait partie d’un tout connecté à un ensemble indivisible.

A ne voir que la langue, la mâchoire, ou la larynx et ne « travailler » que dessus, (comme la propose la méthode Estill et les méthodes dérivées comme la copie française TCM) ne fonctionne pas parce que cela ne prend pas en compte l'aspect systémique de nous-même.

Tenter de réduire des tensions au niveau d'un élément sans le prendre dans un ensemble de connexions, ne fait que reporter le problème vers un autre élément.

Et parfois ça marche. Tant mieux! Mais avez-vous "appris" ?

La définition d’un apprentissage est qu’il «cause un changement de comportement qui est persistant».

Il ne s’agit pas de dire que vous n’avez pas besoin de répéter pour apprendre, mais dire qu’à un moment, si vous ne parvenez toujours à faire ce que vous souhaitez, ou devez passer 30mn d’échauffement pour enfin y arriver… vous êtes en droit de vous poser des questions.

Vous ne réapprenez pas à marcher, à nager, à écrire, à lire, à faire du vélo, à conduire, etc : ces apprentissages sont réellement et durablement acquis et stockés dans votre mémoire kinesthésique. 

Dans l’enseignement et la pratique du chant (et ailleurs), il y a clairement un amalgame qui est fait entre l’apprentissage et la pratique. Exemple: lorsque vous chaussez vos skis une fois par an en hiver, il y a une remise en route: vous avez besoin de pratiquer, de réactiver des acquis. Pas de (ré)apprendre. (Sinon, vous ne partiriez tout simplement plus au ski). 

De la même manière, vous ne devriez pas avoir à revenir sur le processus d’apprentissage en faisant des exercices tous les jours. Même des tâches vocales complexes. Chanter vos morceaux devrait constituer l’essentiel de votre pratique

J’entends et lis des “ce sont des muscles“, il faut “les travailler“, “s’exercer“… Non, c’est mettre la raison sous le tapis: la phonation est une fonction innée: un bébé vient au monde en criant fort, longtemps, sans se faire mal. Sans s’échauffer la voix ni s’exercer au préalable.

(Le “oui, mais un bébé qui pleure, ce n’est pas beau“, comporte une subjectivité qui n’a pas sa place ici.)

Je sais: ce discours sur l’apprentissage n’est pas très populaire (dans notre culture et les méthodes d’apprentissage du chant). Pourtant, chanter est une habilité motrice complexe comme une autre. Si certaines personnes n’ont jamais besoin de faire le moindre exercice vocal ni échauffement, mais simplement de pratiquer, c’est que concernant l’apprentissage du chant, on a oublié comment “apprendre”.

A retenir :

Faire ce qu’il faut faire ou ce qu’on nous a dit de faire pour corriger, arranger quelque chose... n’est pas de l’apprentissage.

Exemple: n’importe qui peut faire des exercices de respiration. Et bien sûr ils vont changer quelque chose. Mais s'ils ne vous permettent pas d’apprendre quelque chose sur vous, sur ce qu'il se passe déjà en vous et sur ce qu'il est possible de faire, alors ces exercices de "corrections" sont inutiles sur le long terme...

Dans une optique d'apprentissage, il est nécessaire que quelque chose ait été explicité de façon somatique et sensorielle sur le "comment ma respiration fonctionne". Ce n'est ni intellectuel, ni de la gymnastique.

Formation e-learning... Oui!

Pas convaincu·e ? Lisez ce qui suit ...

La méthode d’apprentissage de ce cursus de formation vocale est basée non pas sur une bonne ou une mauvaise réalisation de compétences, mais sur l’auto-détermination de cela pour soi. La présence d’un professeur est aussi inutile que contreproductive.

La méthode sur ce site vise à vous faciliter une démarche d’acquisition, à développer votre autonomie et vous rendre acteur·rice de vos apprentissages. 

Comme expliqué précédemment, l’acquisition des connaissances se fait par l’exploration et la recherche, processus naturels et universels d’apprentissage. C’est cela qui vous va permettre de mieux comprendre, sentir (pas seulement d’appliquer) et d’ancrer ce que vous avez appris.

Oui, c’est parfois déroutant de ne pas savoir si ce l’on est sur le bon chemin. Pour autant, vous n’êtes pas laissé seul·e. Un canal d’échange est toujours ouvert entre nous (vous et moi, vous et les autres apprenants) pour communiquer sur le comment vous vivez vos leçons.

Formation chant
Formation chant

Pas convaincu·e ? Lisez ce qui suit ...

Selon plusieurs études, les taux de rétention sont beaucoup plus élevés dans les apprentissages en ligne que les traditionnelles. Parce que les cours en ligne présentent bien des avantages:

D’abord en terme de flexibilité: vous avez la liberté d’apprendre de n’importe quel endroit et à n’importe quel moment. Il y a donc un meilleur équilibre entre votre travail (ou votre pratique artistique) et l’apprentissage. Vous assimilerez les informations bien mieux que dans un cours de chant après votre journée de travail, de transport, et tout le stress accumulé.

Aussi, vous pouvez être de celles et ceux qui ont besoin de temps pour absorber l’information, y réfléchir, apprécier prendre des pauses, etc. Des choses qui sont souvent incompatibles avec le format d’un cours de chant d’une heure en présentiel, car l’heure tourne! L’apprentissage en ligne vous permet de prendre votre temps.

Oui, l’aspect humain, l’échange, la discussion sont importants. Pour autant, encore une fois, ils ne sont pas absent de votre formation.

On peut donc apprendre et progresser avec une formation en ligne?

Oui! Ce qui nous pousse à croire le contraire c’est davantage notre culture et le poids de nos habitudes.

Mais les choses évoluent: depuis 2020, 98% des universités américaines font des cursus totalement en ligne (études de ThinkImpact). Même celles avec des cursus musicaux comme la prestigieuse Berklee College of Music.

Oui, les choses évoluent: il y a quelques siècles, les apprentis chanteurs·euses déménageaient chez leur professeur pour apprendre, pour être totalement investi·es dans leur apprentissage et leur pratique. Cela nous paraîtrait totalement saugrenu (voire inconvenant) aujourd’hui.

Se peut-il que dans quelques dizaines d’années, on s’étonnera que pour apprendre à chanter, on se déplaçait chez le professeur, chez lui ou dans son école, pour y prendre un cours de chant?

Formation chant

Les modules d'apprentissage

Votre formation
commence ici:

Formation chant - module fondations

1. Fondations

Formation chant - module éléments

2. Éléments

  • Vous devez avoir terminé le Module Fondations pour suivre Éléments
Formation chant - module styles

3. Styles

  • Vous devez avoir terminé le Module Fondations et Éléments pour suivre Styles

Envie d'essayer une leçon?

Envie de découvrir votre espace personnel?

Contact de la Formation Le Chant en Mouvements

Envoyer
un message