Accueil » Approche pédagogique des cours de chant

L'approche pédagogique

Des cours de chant... "modernes"

Ils consistent à vous guider dans l’apprentissage du chant, que vous soyez satisfait·e de ce que vous produisez, que vous élargissiez vos possibilités vocales et développiez votre sens artistique.

Je prends d’abord en compte la singularité de votre personne et de votre projet, et je vous accompagne dans la réalisation de ce dernier.

Que vous visiez la maîtrise technique ou la simplicité, que vous soyez débutant·e ou expérimenté·e, mon rôle est de vous faire prendre conscience de l’architecture votre voix, de la maitriser, afin de l’utiliser comme un outil d’expression artistique.

Je pense que l’important est de raconter une histoire et transmettre des émotions. Aussi loin que nous remontions dans le temps, le chant n’a eu que cette finalité.

Le cours est donc établi selon vos envies, vos objectifs et votre niveau. Je n’ai pas un cours formaté pour tout le monde.

Les bienfaits n’étant plus à démontrer, je donne une place importante à la pratique collective de la musique et vous accompagnerai donc au piano à la guitare sur les morceaux que vous souhaiterez aborder.

Que vous n’ayez jamais chanté de votre vie ou que vous soyez professionnel·le du chant, je pense qu’il est fondamental d’apprendre et appliquer, en situation, dans le morceau. Et non en dehors.

Je vous veux acteur de vos apprentissages et de ce fait, je vous invite à une réflexion constante sur ce que vous faites. Votre avis, vos goûts comptent davantage que les miens.

Olivier Régin

La voie normale de l’acquisition n’est nullement l’observation, l’explication et la démonstration, mais le tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle.

~Célestin Freinet

Une approche différente!

Les cours ont une approche pédagogique et donc une organisation différente de ce que se fait le plus souvent dans d’autres structures d’enseignement du chant et de la voix. 

Après avoir fait mes classes au Conservatoire, appris le chant classique (avec la méthode qui va avec), j’ai “étudié” (parfois survolé) les principaux courants pédagogiques (CVT, SLS, TCM …). Je me suis notament formé auprès de Gylliane Kayes et sa méthode Vocal Process, puis à l’approche Estill Voice Training (CFP/CMT-C) auprès de différents formateurs.

Tout au long de ma carrière de chanteur et de pédagogue, je me suis mis en tête d’aborder presque toutes les méthodes et approches qui existent, pour moi d’abord, puis ne retenir que ce qui me semblait efficace, pour vous.

Au delà des méthodes de chant, j’ai trouvé auprès d’orthophonistes, phoniatres et ostéopathes des outils de compréhension de notre anatomie, des outils pour un “bon” équilibre vocal et des traitements des restrictions de mobilité à utiliser.

Le fait est que, malgré tout cela, et des études sur la pédagogie en elle-même, j’ai toujours rencontré des personnes désireuses d’évoluer dans leur manière de chanter et bloquées dans leur apprentissage. Si bien que, loin de dénigrer mon bagage pédagogique, je l’ai inséré dans une autre approche dotée d’une vision holistique de la personne, propre à la faire évoluer, vraiment.

Ce que nous ne ferons pas...

Ce que nous ne ferons pas, c’est un « travail sur la respiration » tel qu’il est vu en général dans d’autres cours. Ni des concepts abstraits et empreints d’une esthétique particulière comme «  poser sa voix ». Nous ne ferons pas non plus de vocalises… Ces exercices appartienent au “vieux monde” du chant et sont teintés le plus souvent d’esthétique, d’un formatage dont je ne veux pas.

Internet fourmille de ces exercices et vocalises sur la voix. Ils ont bien sûr une influence sur le conduit vocal. Mais ils relèvent le plus souvent de la gymnastique et ne sont pas forcement un apprentissage, dans le sens où ils ne mènent pas toujours vers un savoir-faire, un savoir-utiliser, dans le contexte d’un morceau.

Notez que je les distingue des exercices issus de méthodes de rééducation de la voix, médicales donc, et dont le rôle est en premier lieu de traiter des dysphonies (trouble de la voix). Les pédagogies du chant s’en sont emparés judicieusement. Je les utilise moi-même couramment, bien que je leur incorpore une perception corporelle indispensable et les place dans un schéma d’organisation plus complet.

Aussi, des connaissances théoriques extraites d’une méthode pour chanter, d’une vidéo Youtube, ou une page Wikipédia nous rassurent, certes. Les “nouvelles” pédagogie vocales (Estill / TCM / CVT …& co) surfent sur notre soif de connaitre et comprendre notre voix de façon intellectuelle. 

Knowledge is power“? Pas vraiment pour vous… L’anatomie et la physiologie sont importants, d’accord. Mais une compréhension intellectuelle n’est pas de l’apprentissage. S’il peut en faire partie, il n’en est pas un substitut.

Avez-vous une idée des muscles qui interviennent lorsque vous marchez? Est-ce que le savoir rendrait cela plus efficace? Non. (Peut-être même pire!) Un bébé qui apprend à marcher ne le fait pas avec un bouquin de physiologie et d’anatomie dans les mains. Les artistes sur scène ne pensent pas à l’action des cartilages de leur larynx ni à leur respiration.

Posez-vous les questions suivantes: comment savez-vous si vous faites réellement ce qui est indiqué dans des contenus théoriques? Ou plus simplement dit, faites-vous réellement ce que vous pensez faire?

Alors, croire que vous devez vous imposer des heures d’exercices vocaux, de respiration, respecter une certaine posture et parfaitement connaitre intellectuellement votre voix … ne reposent sur pas grand chose et ne vont pas dans le sens de ce que l’Histoire, les neurosciences, celles de l’apprentissage et l’intégration des habiletés motrices, nous enseignent aujourd’hui.

Une pédagogie moderne, innovante et globale du chant

Nous partirons toujours de vos capacités du moment et commencerons toujours et d’emblée à chanter le morceau que vous avez envie de voir. L’idée étant de vous donner une référence, un “avant”, pour mieux sentir les progrès en fin de rendez-vous. Et au fil du temps.

Dans le but de pouvoir vous insérer dans une pratique collective de la musique, c’est à dire jouer avec d’autres musiciens, nous chercherons d’abord une cohérence musicale, un certain respect des codes et du cadre harmoniques et rythmiques.

Vous aurez peut-être des difficultés à vous placer rythmiquement sur le morceau, partir ou atteindre certaines notes, avoir le volume ou la puissance que vous désirez, faire comme tel ou tel artiste ou à l’inverse trouver une voix qui vous ressemble, ne pas ressentir de fatigue vocale, mettre certains effets, rendre votre chant vivant, l’interpréter, etc.

Les personnes qui prennent déjà des cours avec moi le savent bien: mon approche du chant, ma pédagogie repose en grande partie sur la méthode Feldenkrais.

Scientifique, elle part de l’idée que nous agissons d’après l’image, la représentation mentale que nous nous faisons de nous-même. Elle entend donc affiner, developper notre sens proprioceptif, c’est à dire la perception du corps, de ses structures les unes par rapport aux autres et leur relations entres elles. Quelque chose qui prend tout son sens dans le chant, et pour son instrument, la voix, qui réside en nous, de façon partiellement invisible.

Notre conscience de ce qu’est la langue, l’espace dans la bouche, les cordes vocales, les muscles qui rentrent en jeu dans la respiration… pour ne prendre que ces simples exemples, n’est pas inné, et pour la plupart d’entre nous, loin d’être bonne. La représentation que nous en avons ne correspond pas forcément à la réalité physique ou est parfois quasiment absente.

Comment utiliser des ingrédients dans une recette si nous ne percevons pas qu’ils existent ou en avons une image incomplète ou éronnée?

Si vous savez ce que vous faites, vous pouvez faire ce que vous voulez.

~Moshe Feldenkrais

Alors, concrètement, dans la pratique, je vous proposerai des leçons dans lesquels je vous guiderai verbalement autour d’un thème, au travers de séquences d’exploration d’un bruit, d’un son, d’une fonction, de mouvements de différents éléments qui composent votre voix, les plus souvent simples, parfois assez inhabituels.

L’ambition sera d’abord, comme expliquée dans les paragraphes précédents, de clarifier l’image de soi, s’informer de l’existence de structures en les “cartographiant”. Percevoir les éléments qui rentrent en jeu dans votre façon de chanter, leur rôle, les possibilités qui s’offrent à vous de les utiliser ou pas, et de vous donner des choix, des manières de faire dans une intention artistique. 

En conséquence, cela améliore la mobilité, la flexibilité et la coordination entre ces éléments et l’ensemble de vous même, réduit l’effort et les limitations, physiologiques autant que psychologiques, que votre histoire ou d’autres enseignements ont façonnés.

Il s’agira d’être dans l’expérience de sentir. Pas celle de réussir un exercice. L’apprentissage ne naît pas à travers le mouvement lui même, mais à travers la conscience du mouvement.

Il s’agira d’intégrer que chaque élément qui rentre de près ou de loin dans la phonation fait partie d’un tout connecté à un ensemble indivisible. Du marxisme somatique!

Est-cela que je considère de la technique vocale? Probablement.

C’est une manière plus personnalisée et intégrative d’aborder d’une part, des thèmes comme la respiration, la relation entre le souffle et les cordes vocales, la résonance, les registres, les couleurs et les textures, etc. Et d’autre part, traiter ce qui est en cause dans des verrous vocaux, qu’ils soient physiologiques ou psychologiques, qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs.

Ce ne seront donc pas des exercices. Ca ne veut pas dire que chez vous, il ne faudra pas les répéter ou ne pas y revenir!

De l'art thérapie?

Enfin, la méthode Feldenkrais est une approche psycho-corporelle. Le corps et l’esprit ne sont pas séparés. Il n’y a pas d’action du mental sans mouvement du corps. Et inversement. L’émotion est mouvement en nous autant que vers l’extérieur.

En cela le chant rentre dans le cadre d’une thérapie très puissante jouant un rôle de médiateur. La voix trouve sa source dans un élan intérieur lié aux émotions fondamentales. On se parle à soi-même, laissant l’inconscient s’exprimer. Le chant est guérissant parce qu’il donne vie aux affects. Lié à une pratique contemplative comme la méthode Feldenkrais ou la pleine conscience, chanter permet dans une expérience intime, de sentir, décrire ce qui se passe en soi, sans jugement.

Pour qui?

Les personnes qui viennent me voir ont des envies, des objectifs très différents. Ne croyez pas que mes cours s’adressent au monde professionnel uniquement.

Au même titre que je n’aime pas trop me définir comme un professeur mais un facilitateur d’apprentissage, mon « travail » est une recherche. D’ailleurs, je n’aime pas trop voir nos rendez-vous comme du travail: la curiosité et le désir d’explorer sont essentielles. Mon approche n’est pas figée. Je m’efforce de reconnaître et d’accepter mes propres limites. J’apprends probablement autant auprès de vous, que vous auprès de moi. De sorte que, qu’importe votre profil, vos compétences, vos difficultés, vos goûts, je serai toujours heureux de partager une passion commune de la voix et du chant.

Pour conclure:

Pour les chanteurs·ses débutants·es, mon approche vous permetra de vous initier au chant de façon ludique, au coeur de morceaux que vous aurez envie de chanter, de vous surprendre, de découvrir ce dont votre voix est capable et prendre du plaisir à chanter avec un véritable accompagnement.

Pour les chanteurs·ses plus confirmés·es, amateurs·es ou professionnels·les, cette approche par le mouvement en conscience pourra ouvrir une brèche dans vos schémas existants et ancrés, et incorporer de la nouveauté, propre à vous faire évoluer autant techniquement qu’artistiquement.

En revanche, parce que le rapport humain est important, que j’apprécie nouer une relation de confiance dans une discipline où l’on “se met à nu”, mes cours s’adressent uniquement aux adultes à partir de 16 ans.

La méthode Feldenkrais

Créée par Moshe Feldenkrais, ingénieur-physicien, chercheur en physique nucléaire, première ceinture noire européenne de Judo, Feldenkrais fut l’un des principaux pionniers de l’éducation somatique. Eternel curieux et grand humaniste, cet homme à la vie aussi singulière qu’extraordinaire a su synthétiser toutes ses connaissances et compétences dans une méthode qui se propose de developper une meilleure perception de notre squelette et de nous-même, de renouer avec l’apprentissage inné de l’enfant, de découvrir nos routines comportementales et d’explorer de nouveaux chemins pour affiner nos mouvements.

image-cours-de-chant-paris-moshe-feldenkrais

Elle a aussi pour objectif de se libérer des blocages, des verrous, de mauvaises postures, de mauvaises habitudes et d’un enfermement que nous nous sommes créés au fil du temps.

C’est avant tout un apprentissage de soi-même, à la fois par le corps mais aussi par l’esprit, en faisant appel à notre pleine conscience. Je pense d’ailleurs que Feldenkrais est au corps ce que la Pleine Conscience (Mindfullness) est à l’esprit: les deux étant des outils extrêmement puissants et complémentaires!

La méthode Feldenkrais nous apprend à reconnecter chaque partie de notre corps les unes aux autres, en leur donnant du sens dans l’action.

En pratique

Le cadre général de l’apprentissage se base sur l’exploration personnelle, sur l’acceptation de soi et sur la non-compétitivité.

La méthode met l’accent sur la sensibilisation sensorielle (porter son attention au ressenti) plutôt que sur l’action motrice (le faire). Ainsi, la manière dont on effectue le mouvement importe plus que le résultat du mouvement.

L’environnement typique de l’apprentissage somatique tel que le propose la méthode Feldenkrais commence souvent par une phase durant laquelle on apaise le bavardage de l’esprit en vue de focaliser l’attention sur les stimuli sensoriels du corps tels que la respiration, la tension musculaire, le contact du corps avec le sol (la chaise ou le tabouret si nous sommes assis), etc.

image-cours-de-chant-paris-pcm

Dès les années 1950, Moshé Feldenkrais a fait des observations et formé des hypothèses sur ce qui serait plus tard connu sous le nom de neuroplasticité. Elle décrit les mécanismes par lesquels le cerveau est capable de se modifier lors d’apprentissages.

Dans la pratique de la méthode, l’information concernant le corps et son mouvement est communiquée par le biais du système musculo-squelettique au système nerveux. Comme cette information est porteuse de sens, le cerveau est capable de l’utiliser et de répondre de façon plus pertinente. Il peut renvoyer des signaux au système musculo-squelettique pour entraîner une amélioration de la posture et du mouvement.

Feldenkrais et le chant

Apprendre et pratiquer le chant grâce à la méthode Feldenkrais, c’est incorporer des concepts tels que:

  • Le mouvement: Le chant est un déroulement dynamique. Un nombre important de chanteuses/chanteurs chantent ou veulent apprendre à chanter comme si ce qu’ils doivent faire est figé. L’expression courante de savoir « poser sa voix » donne cette image d’immobilisme de sorte que l’on se dit à tort: « Je trouve cette façon de faire, je chante comme ça, et je la travaille pour y rester ».

  • La connexion: Chaque élément qui rentre de près ou de loin dans la phonation fait partie d’un tout connecté à un ensemble indivisible. A ne voir que la langue, la mâchoire, ou la larynx et ne « travailler » que dessus, (comme la propose la méthode Estill) ne fonctionne pas parce qu’elle ne prend pas en compte l’aspect systémique de notre corps. Tenter de réduire par exemple, des tensions au niveau d’un élément sans le prendre dans un ensemble de connexions, on reporte le problème vers un autre élément.

  • La réactivité: Il n’y a pas forcement un but, un résultat à rechercher. Tout ce que l’on fait s’ajuste à la situation, à la condition initiale. C’est probablement le concept le plus difficile à mettre en place et à accepter car notre culture et notre éducation nous font le plus souvent tendre vers et chercher un résultat. Pourtant, l’exploration conduit parfois à des choses inattendues, bien meilleures que le résultat recherché initialement.

  • La conscience de soi: L’un des buts de la méthode Feldenkrais est d’améliorer, de clarifier l’image et la sensation de soi. Il en va de même pour la voix. On est alors plus conscient de qui on est, de ce que l’on fait et on a davantage de possibilités.

  • L’apprentissage: Corriger, arranger quelque chose, faire ce qu’il faut faire ou ce qu’on nous a dit de faire… n’est pas de l’apprentissage. N’importe qui peut faire des exercices de respiration par exemple. Mais s’ils ne vous permettent pas d’apprendre quelque chose sur la fonction de respiration, ils sont alors inutiles, et ce même s’ils l’« améliorent ». Dans une optique d’apprentissage, il est nécessaire que quelque chose ait été explicité sur le comment la respiration fonctionne de façon somatique et non intellectuelle.

    L’idée est donc qu’on peut prendre n’importe quoi qui a un effet sur le conduit vocal, n’importe quel son, et l’étendre pour que ce soit un processus d’apprentissage.

    Ajouté à tous les concepts vus précédemment, il peut alors y avoir une assimilation, c’est-à-dire que la fonction soit acceptée comme une option, une possibilité, un choix par notre corps et notre système nerveux.

NB: Bien qu’elles soient au coeur de la philosophie Feldenkrais, ces idées ont été formulées par Robert Sussuma. Il en est l’auteur.

Dans les cours de chant

Je suis praticien de la méthode Feldenkrais, certifié par Self-Wise Paris, avec Paul Newton en directeur pédagogique. Dans le cadre de cette formation, j’ai notament eu l’opportunité de recevoir l’enseignement de formateurs qui m’ont inspiré comme Sabine Pfeffer et Julie Peck

Dans les cours individuels, je donne une place à des leçons, des PCM, (Prise de Conscience par le Mouvement) dans lesquelles je vous guide par la voix dans une exploration d’un ensemble de mouvements ou d’actions, à votre rythme, sans compétition ni modèle. Ces leçons vous invitent à la conscience de vous-même, de votre voix, des différents éléments qui la composent et comment ils fonctionnent ensemble.

Dans les cours collectifs, ces leçons prennent davantage de place et donnent lieu à des discussions de ressentis entre les élèves.

image-cours-de-chant-paris-pcm2

Leçon d'intégration fonctionnelle (IF)

L’intégration fonctionnelle peut être utilisée pour aborder une large palette de difficultés de mouvement ou bien pour accroître votre niveau de confort et améliorer vos capacités, qu’elle soient liées à la pratique du chant ou pas.

Comment ça se passe:

Vous restez habillé·e, assi·se ou parfois allongé·e  sur une table de massage. En tant que praticien Feldenkrais, je veille à ce que vous soyez aussi à l’aise que possible, tant psychologiquement que physiquement. Votre confort est primordiale car il vous permet d’être dans une disponibilité d’attention et donc d’apprentissage.

Au cours de la leçon, je vous guide à travers différents mouvements liés à des schémas fonctionnels, qu’ils appartiennent ou non à la sphère de la voix, en relation avec votre demande initiale (dont nous aurons discuté au préalable).

De façon manuelle et non verbale, je vous invite à vous laisser manipuler passivement. Cette absence d’effort musculaire de votre part représente un avantage car elle vous laisse libre de ressentir ce qui se passe en vous, vous faire prendre clairement conscience de votre squelette et des zones de contraction musculaire excessive afin de créer progressivement les conditions dans lesquelles le mouvement pourra circuler plus librement.

La séance dure entre entre 45mn et 1h.